Prêt automobile et négociation

Le prêt automobile

Le prêt automobile est un prêt très courant dans la vie d’un ménage. Après l’immobilier, c’est le deuxième qui tient la place la plus importante. Le prêt est plus facile à obtenir que l’immobilier. Le budget familial peut, selon le montant de la voiture, supporter un prêt pour véhicule. Le prêt affecté est l’un de ces prêts pour auto. L’autre est le prêt personne, qui est plus serré en matière de remboursement. Si vous avez choisi un prêt affecté, vous devez absolument affecter le prêt vers sa vraie dépense. Pour jouir d’un prêt automobile, quelques détails sont obligatoires. La première est votre âge. Un mineur ne peut contracter un prêt. Un majeur fiché dans le FICP ne pourra le faire non plus sauf s’il effectue un rachat de crédit. Mais ce serait encore une longue démarche. L’assurance par contre est facultative. Si vous avez des doutes sur vos capacités de remboursement, vous pouvez opter pour les assurances. Elles vous couvrent au cas où vous auriez des problèmes professionnels (perte d’emploi), des problèmes financiers, ou en cas de votre décès ou invalidité. Le remboursement d’un prêt automobile est en court et moyen terme. Il va de 1 an jusqu’à 6 ou 7 ans. Mais dans la plupart du cas, la durée maximale est de 5 ans. Plus la durée s’allonge, plus les intérêts sont importants. Si vous avez les moyens, écourtez vos mensualités. Vous pourrez faire un gain mais aussi vous vous acquitterez vite de vos dettes et vous pourrez envisager d’autres acquisitions. Etant donné que la durée de vie d’une voiture est courte, vous ne devez pas payer le remboursement même après que son amortissement soit nul.

Les détails à négocier

Si vous avez un dossier en béton, vous êtes en position de force par rapport à votre prêteur. Il vous faudra donc être le plus crédible possible. Pour cela, un apport personnel est le très conseillé. Il diminue le montant à emprunter donc diminue aussi les mensualités à payer. Si vous avez moins de dettes, vous pouvez négocier sur tout le reste.

Avant de vous lancer dans la quête de la négociation, vous devez être en connaissance de cause. Faites des comparaisons sur plusieurs offres des autres banques. Vous aurez un moyen de pression pour rabaisser votre taux. Vous allez donc les mettre au courant des offres attractives des autres banques. Vous donnez des preuves chiffrées en montrant le taux effectif global (TEG) des autres institutions. Faites jouer la concurrence. Vous pouvez aussi négocier vos frais de dossiers. Ce sont les ces frais qui gonflent le remboursement. Si vous avez un bon taux d’endettement avec un apport personnel signifiant, vous pourrez obtenir un rabais sur vos frais de dossier. Il ne faut pas oublier un détail important. Il est souvent oublié mais nécessite des révisions : le remboursement anticipé. Les pénalités sont conséquentes. Même si vous n’envisagez pas une anticipation, négociez-la quand même. Bien sûr, le remboursement est à court terme mais il faut toujours prévoir d’un œil positif. Aucun détail ne doit échapper à une négociation possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Spam protection by WP Captcha-Free